Rechercher
  • Docteur Bridge

Comment le patient sélectionne-t-il son chirurgien-dentiste ?



Objectivement, il est compliqué pour un patient d’évaluer les soins dentaires reçus, et donc de faire de ce paramètre un choix décisionnel. La sélection du chirurgien-dentiste va donc s’effectuer par d’autres moyens, comme l’explique, le 02 décembre, un article publié sur LeFilDentaire.com.

Les compétences comportementales et relationnelles de l’équipe de soins vont donc être déterminantes, accentuant ainsi le besoin de management du chirurgien-dentiste. Plusieurs critères sont alors pris en compte par le patient :

Dans un premier temps, l’hygiène et la sécurité sanitaire semblent fondamentaux pour le jugement du patient. De la posture des membres de l’équipe à l’entretien des parties communes telles que la salle d’attente. Pour rassurer des patients suspicieux, rien de tel que de faire visiter l’ensemble de la structure et des différentes salles !

Vient ensuite le critère esthétique et fonctionnel : tout spécialement pour les orthodontistes, la qualité du résultat final, que ce soit le côté esthétique avec des dents bien alignées ou fonctionnel avec une mastication ou une déglutition facilitées sont des critères importants d’appréciation des compétences du chirurgien-dentiste.

Les autres critères sont essentiellement relationnels. Ainsi, le duo dentiste et assistante, dans son côté professionnel et relationnel est important et les négliger seraient une erreur. Un chirurgien-dentiste qui se veut désagréable avec son assistante, un tutoiement, une prise de ligne téléphonique en cours de soin etc. seront perçus comme négatifs par le patient. Cet aspect met au premier plan l’intérêt de la communication interne au cabinet.

L’accueil téléphonique d’abord, puis physique ensuite sont primordiaux également. Cordiale et organisée, la prise en charge relationnelle doit être structurée administrativement et normée, afin de répondre rapidement à la demande du patient : les urgences, un rendez-vous, les règlements… Une démarche d’amélioration continue permet de corriger au mieux les imperfections sur ce point.

Au niveau relationnel également, savoir gérer l’odontophobie par le chirurgien-dentiste permet d’acquérir la confiance du patient. Selon le Fil Dentaire, près de 80% des patients en dentisterie seraient atteints d’odontophobie. Si le chirurgien-dentiste sait calmer cette peur, le patient sera d’autant plus en confiance.

Le coût des soins semble également être un facteur important du choix, non pas en terme de tarifs mais surtout en termes d’argumentation de ce tarif. Justifié tant sur le fond que sur la forme, il ne présente plus un motif de rejet.

Enfin, le management et la communication du cabinet représentent des compétences fondamentales, bien qu’elles paraissent souvent accessoires pour les chirurgiens-dentistes. Et pourtant, ce sont des critères importants d’évaluation du patient !

Découvrez l’article dans son intégralité sur lefildentaire.com !


Copyright DENTALSOFT - Mentions légales