Rechercher
  • Docteur Bridge

Covid-19 et soins dentaires : aucune trace du SARS-CoV-2 dans la salive en aérosols !



De nombreuses études scientifiques menées à travers le monde nous permettent chaque semaine d’en apprendre un peu plus sur le virus du SARS-CoV-2 et notamment sur son mode de transmission… En effet, selon une récente étude américaine publiée dans la revue médicale Journal of Dental Research il semblerait que le risque de transmission du virus par les aérosols projetés par la salive des patients lors des soins dentaires soit bien moindre que ce que l’on craignait jusqu’alors :


« Dans les limites d’un échantillon de petite taille, nous concluons que le risque de transmission du SRAS-CoV-2 et d’autres agents pathogènes respiratoires à partir de la salive en aérosol dans les cabinets dentaires est modérément faible et que les pratiques actuelles de contrôle des infections sont suffisamment robustes pour protéger le personnel et les patients »


Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs à l’origine de l’étude ont analysé les origines microbiennes des aérosols produits pendant les traitements de 28 patients lors de différents soins (15 détartrages, 10 poses d’implant et 3 restaurations prothétiques), réalisés au « College of Dentistry » dans l’Ohio entre le 4 mai et le 10 juillet 2020 (soit peu de temps après la réouverture des cabinets dentaires américains).


Les 28 patients en question n’avaient pas été testés à la Covid-19 avant les soins et étaient tous asymptomatiques. Ils ont été soignés par cinq praticiens et assistants dentaires différents dans deux salles d’opération fermées, d’une taille d’environ 10 mètres carrés avec aération entre chaque patient.


Résultats : sur l’ensemble des analyses, la salive ne représentait que 0,1 % à 1,2 % des microbes répartis dans la pièce et aucune trace du virus SARS-CoV-2 n’a été retrouvée dans les aérosols générés par les patients testés positifs après les soins. Et ce, y compris pour le participant dont la charge virale salivaire était la plus élevée, et bien que des traces de sa salive aient pu être identifiées sur le praticien et dans le cabinet.


Ces résultats positifs sont notamment dus aux nombreuses précautions prises depuis longtemps déjà par l’ensemble des acteurs de la profession pour assurer un maximum de sécurité pour le personnel et pour les patients : utilisation d’embouts de protection, stérilisation systématique du matériel, désinfection régulière de la salle de soins…


« Lorsque des mesures de contrôle des infections sont utilisées, telles que les bains de bouche préopératoires et l’évacuation intra-orale à haut volume, le traitement dentaire n’est pas un facteur d’augmentation du risque de transmission du SRAS-CoV-2, souligne l’étude. Les pratiques standard de contrôle des infections sont suffisamment capables de protéger le personnel et les patients contre une exposition à des agents pathogènes potentiels », constatent donc les chercheurs.


Dès lors, il semble que si le personnel respecte scrupuleusement les recommandations et de que les patients portent bien leurs masques avant et après les soins, le risque d'être infecté par la Covid-19 dans un cabinet dentaire soit finalement très faible.