Rechercher
  • Docteur Bridge

Grâce à l’étude de ses dents, le FBI a élucidé le mystère d’une momie de 4000 ans !



En 1915, une équipe de chercheurs et d’archéologues, dirigés par Hanford Lyan Story et George Reisner, a découvert dans les falaises de Deir el-Bersha, situées à 290km au sud du Caire, un énorme pied de 9 mètres dissimulé sous les roches. A cet endroit, ils découvrirent également une tombe, qui avait déjà été pillée et incendiée. A l’intérieur se trouvaient encore un cercueil de cèdre, sur lequel se trouvait une tête tranchée, et un torse démembré... Selon les estimations des archéologues, il s’agissait d’un ancien gouverneur du Moyen Empire égyptien du nom de Djehutynakht ainsi que de son épouse. A cette époque, les chercheurs ont décidé d’envoyer ce qu’ils avaient trouvé au Musée des Beaux-Arts de Boston. Jusqu’à 2009, cette collection était conservée précieusement avant d’être pour la première fois exposée, la tête de la momie étant la pièce principale.

La conservatrice du musée, Rita Freed, a alors fait appel, pour la première fois, aux médecins légistes du FBI afin de répondre à une question vieille de 100 : les restes momifiés appartenaient-ils au gouverneur ou à sa femme ? Et pour encore plus de mystère, la tête avait été modifiée lors de la momification, comme l’explique la conservatrice : « Plusieurs os ont été retirés de la mâchoire et de la joue dans le but de permettre au défunt de manger et de boire dans l’au-delà ». C’est le Docteur Odile Loreille, médecin légiste de l’agence, qui s’est occupé de mener cette enquête.


En analysant une molaire extraite de la tête, les scientifiques et légistes ont pu déterminer qu’elle appartenait à un homme. La tête était donc certainement celle de Djehutynakht et non de sa femme. Une autre équipe, du Departement of Homeland Security, a également réalisé des analyses en utilisant cette fois un plus petit échantillon de poussière dentaire, et en est arrivé aux mêmes conclusions.

Une grande première pour le FBI de travailler avec des spécimens si vieux !

Source : Ouest France


Copyright DENTALSOFT - Mentions légales