top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurDocteur Bridge

Le business peu scrupuleux du « sourire Hollywood » sur les réseaux sociaux

Sur Tiktok ou Instagram, un véritable business, propagé par les influenceurs, vantant des produits « miracles » et peu chers, pousse des millions d’internautes à croire aux promesses de l’orthodontie invisible et à payer pour des traitements orthodontiques frauduleux.



C’est ce qui est arrivé à des « patients » dont les traitements ont été interrompus subitement après la faillite de l’entreprise américaine Smiledirectclub qui vendait des gouttières transparentes. Cette dernière les a seulement informés début décembre de l’arrêt de leur traitement, les invitant à se tourner vers un professionnel de santé.


Problème ? Les clients avaient déjà payé voir pour certains contractés des prêts, pour des produits jamais reçus. « Ces gens n’ont pas vu de dentiste, ils ne peuvent donc se retourner contre personne », explique la Dr Geneviève Wagner, de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Bizarrement, bien que cela puisse s’apparenter à de l’exercice illégal de l’art dentaire, ces entreprises n’enfreignent pas la loi, car l’acte en bouche est réalisé par le client qui « est le seul à mettre ses mains dans sa bouche ». Par ailleurs, il n’est écrit nulle part dans la loi que redresser une dent est un acte médical », regrette le Dr Couchat de la Fédération française d’orthodontie.


Pour ce qui est des kits de blanchiment (bandelettes, dentifrices, kit avec application de gel, etc.) la réglementation européenne et française est assez stricte et encadre la concentration en peroxyde d’hydrogène (présent dans ces produits en vente libre) à ne pas dépasser les 0.1 % (contre 6 % chez le dentiste).


Pourtant, ces produits bénéficient d’une belle visibilité. C’est le cas des bandes blanchissantes de la marque Crest 3D White (dont la vente est interdite en Europe) largement promues par certains influenceurs comme Poupette Kenza qui s’est vue condamner à une amende de 50 000 euros pour pratiques commerciales trompeuses. En janvier dernier, ces produits étaient encore sponsorisés par des publicités ciblant spécifiquement le marché français.

Or, ces produits peuvent s’avérer dangereux. (Cf. notre article dédié Blanchiment des dents : des produits nocifs selon 60 millions de consommateurs) Ils sont de plus mensonger, car les produits qui respectent la réglementation ne peuvent pas donner de résultats miraculeux, contrairement à ce que laissent croire ceux qui en font la publicité. Ce qui fait dire au Docteur David Couchat, que tout ceci relève de "l'arnaque".



Comments


bottom of page