Rechercher
  • Docteur Bridge

Le rôle de la génétique dans la formation des caries dentaires



Si, bien sûr, la consommation excessive de sucre et d’acide aggrave le risque de survenue d’une carie dentaire, il semblerait toutefois que la génétique joue également un rôle dans ce processus. C’est en tout cas ce qu’ont voulu démontrer des chercheurs grâce à une nouvelle étude dont les résultats ont été publiés dans le journal PloS One.

Les scientifiques ont mesuré l’impact du gêne AMELX sur sa cariosusceptibilité. Pour cela, ils se sont intéressés au taux d’amélogénine synthétisée grâce à ce gène, l’amélogénine étant une protéine essentielle au développement des dents et à la formation de l’émail. Ainsi, afin d’établir si une faible concentration d’amélogénine pendant la formation des dents pouvait être responsable de la formation d’un émail plus fragile et donc au développement plus important de caries dentaires, les chercheurs ont réalisés des tests sur une population de souris.

Ils ont ainsi utilisé des techniques de mutation génique du gène AMELX pour générer en laboratoire 12 souches de souris présentant différents niveaux de synthèse d’amélogénine. Les scientifiques ont ensuite extraits les dents des souris afin de pouvoir les comparer entre elles à travers plusieurs tests de résistances : résistance mécanique et résistance aux attaques acides.

Résultats ? Plus le taux d’amélogénine synthétisé est important, plus l’émail dentaire formé est résistant aux attaques acides et sera donc moins sujet aux caries dentaires. Ainsi, un patient présentant une faible expression du gène AMELX entrainerait donc une prédisposition aux caries.

Grâce à cette nouvelle étude, on peut donc imaginer des dispositifs de prévention pour les patients présentant un profil génétique « à risque », comme l’application professionnelle de fluor ou encore le comblement des sillons dentaires grâce à de minces couches de résine de protection.

Source : santé-sur-le-net.com