Rechercher
  • Docteur Bridge

Vieilles de 22M d’années, les dents d’une espèce de singe inconnue de la science ont été découvertes



Une équipe de paléontologues a annoncé avoir déterré des dents fossilisées vieilles d’environ 22 millions d’années. Selon leurs analyses, elles appartenaient à un individu représentant une espèce de singe qui était jusqu’alors totalement inconnue de la science… Une découverte importante qui promet d’éclairer un peu plus l’origine et l’évolution des singes de l’Ancien Monde (cercopithécidés).


En effet, les paléontologues disposaient jusqu’à présent une dent fossile vieille de 19 millions d’années, découverte en Ouganda, et d’une autre datant de 25 millions d’années, retrouvée en Tanzanie. Le fossile en question vient donc s’insérer entre les deux, permettant de combler un important fossé évolutif.


« Pour un groupe aussi performant que les singes d’Afrique et d’Asie, nous aurions pu penser que les scientifiques avaient déjà compris leur histoire évolutive, explique John Kappelman, de l’Université du Texas à Austin, et principal auteur de l’étude. Bien que la dent isolée de Tanzanie soit importante pour documenter l’apparition des singes, les 6 millions d’années suivantes d’existence de ce groupe n’étaient jusqu’alors qu’une page blanche. Ce nouveau singe révèle de manière importante ce qu’il s’est passé au cours de cette évolution ».


Les analyses faites par les scientifiques suggère que l’Alophia metios – c’est ainsi qu’a été baptisée l’espèce découverte – mangeait probablement des aliments durs, tels que des fruits, des graines et des noix. Ce ne serait alors que plus tard que les singes de l’Ancien Monde ont commencé à manger plus d’aliments mous, tels que des feuilles.


Le succès des singes de l’Ancien Monde (grande famille de primates qui comprend aujourd’hui 138 espèces originaires d’Afrique et d’Asie, telles que les babouins et les macaques) semble en effet étroitement lié à leur dentition unique. Ils étaient capables de consommer un large éventail d’aliments rencontrés dans les divers environnements d’Afrique et d’Asie.


« Vous pouvez penser à la molaire de singe moderne comme à un robot culinaire capable de trancher, de couper en dés, de hacher et d’écraser toutes sortes d’aliments », notent les chercheurs. Reste à savoir quand et comment cette dentition unique a évolué. Pour l’heure, nous n’avons pas la réponse.


Source : Science Post

Copyright DENTALSOFT - Mentions légales