Rechercher
  • Docteur Bridge

Assistants dentaires de niveau deux : le dossier avance enfin !


En 2021, un accord a été trouvé en Commission paritaire pour l’emploi et la formation professionnelle (CPNE-FP) de la branche des cabinets dentaires, instance constituée de représentants des syndicats salariés et patronaux. Les assistants dentaires de « niveau 2 » devraient s’appeler AMBD : Assistant en médecine bucco-dentaire. Cependant, ce nom n’a rien de définitif.

 

AMBD (assistants en médecine bucco-dentaire) tel devrait être le nom des assistant(e)s dentaires de « niveau 2 »

 

Selon les premiers éléments obtenus suite à cet accord, le métier d’Assistant dentaire qualifié de niveau 2 devrait se situer - dans ses fonctions et non dans son statut - entre celui d’hygiéniste et assistant dentaire de prophylaxie ; professions axées sur l’hygiène et la prophylaxie déjà reconnues et développées à différents niveaux dans plusieurs pays d’Europe, tels que l’Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni ou encore le Danemark.


Qui pourra prétendre à ce nouveau statut ? Seul(e)s les assistant(e)s dentaires ayant au moins deux ans d’expérience en poste pourront accéder directement aux formations permettant d’obtenir le statut d’Assistant dentaire qualifié de niveau 2. Les titulaires d’une licence option santé et les diplômés d’Etat (comme les infirmiers) y seront également éligibles, mais à condition seulement, de réaliser un stage de six mois en cabinet comme AD1 et le passage d’une évaluation.


Ces formations, allant de 600 à 800 heures, se feront en alternance durant deux ans, dont deux mois intensifs hors cabinet. En parallèle des cours communs avec trois modules obligatoires (médecine bucco-dentaire, prophylaxie, imagerie), les stagiaires devront acquérir au moins un module d’enseignement complémentaire (chirurgie, ODF, endo-paro et prévention) pour obtenir le titre d’AD2.

Les hygiénistes de l’Union Européenne, quant à eux, n’auront pas besoin de passer par ces formations pour obtenir le titre d’AMBD. Le statut leur sera directement reconnu après un contrôle de différents éléments, dont notamment le niveau de langue, effectué par une commission assistant dentaire ad hoc. Quelles différences quant aux responsabilités au sein du cabinet dentaire ?


Concrètement, les assistants dentaires de niveau deux pourront se voir déléguer certaines tâches jusqu’alors réservées aux praticiens comme par exemple les détartrages ou EBD. En revanche, certaines resteraient non autorisées comme la pose de ligatures qui exige une mise en tension des arcs, l’anesthésie, les éclaircissements, la dépose d’attaches orthodontiques, le collage de fil de contention ou encore la pose de gouttières ou de dispositifs amovibles de contention. Quand peut-on espérer les premiers assistants dentaires de niveau deux ? Comme le souligne Doniphan Hammer, 1er vice-président des CDF et membre de la CPNE-FP, « Pour qu’une assistante dentaire de niveau deux existe, il faut qu’elle existe légalement, et pour cela il faut une loi. Et pour que la loi existe, il faut que ça s’intègre dans le schéma législatif. On peut espérer […] qu’il y ait une loi sur la Santé, aujourd’hui au cœur de nombreux débats. On y intégrera un paragraphe pour l’assistante de niveau deux », avant de poursuivre : « La mise en place d’un référentiel dure un an, après quoi, la formation prendra deux ans. Donc au mieux, la première sortira dans trois ans… Mais je suis réaliste, donc je mise plutôt sur 2026 ». Cela laissera le temps aux acteurs du projet d’étudier certaines questions qui restent suspend, notamment concernant le financement de la formation et le montant du salaire à attribuer aux bénéficiaires de ce nouveau statut. Il faudra regarder ce qui se fait dans d’autres pays européens. À titre d’exemple, le salaire d’un hygiéniste allemand se situe aux alentours de 2200 euros nets pour un temps complet à 35 heures.

À ce titre, il sera nécessaire de déterminer le nombre d’AMBD à former chaque année, en fonction des besoins des praticiens et des aspirations des assistants puisque cela doit rester une volonté du cabinet avant tout. source : solutions cabinet dentaire