Rechercher
  • Docteur Bridge

Des traces de chirurgie dentaire sur une momie égyptienne

Raphaël Olszewski, professeur de chirurgie maxillo-faciale aux Cliniques universitaires Saint-Luc - UCLouvain, a fait, par hasard, une découverte exceptionnelle alors qu’il procédait à des analyses sur des momies égyptiennes conservées au Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles. Une découverte qui, selon lui et ses confrères, constitue une preuve irréfutable qu’à cette époque on pratiquait déjà l’extraction dentaire, et donc, que l’on possédait des connaissances et un savoir-faire en matière de chirurgie dentaire jusqu’alors insoupçonnés.

D’après, le professeur Olszewski, la momie date « de la 25ème dynastie donc d’à peu près 750 à 650 avant Jésus-Christ ». Il s’agit d’un homme qui occupait le rôle de « gardien du temple de Thèbes, donc une personne venant de l’élite de son pays ». Une position qui lui aurait permis de prétendre à un niveau de connaissances et à des soins de santé auxquels le reste de la population n’avait pas accès.


Une intervention vitale pour l’homme

Cette dent découverte dans la trachée lors d’un scanner, poussa les chirurgiens-dentistes et stomatologues à faire appel à la technique d’imagerie tridimensionnelle pour comprendre ce qu’il s’était passé il y a environ 2700 ans.

Pour le Pr Olszewski, l’extraction aurait sauvé la vie du gardien du temple. "Il y a deux gestes chirurgicaux qui ont été pratiqués avec des instruments qui sont encore utilisés aujourd’hui, en réalité, qui ont permis d’ouvrir la mâchoire et de libérer le pus, l’infection qu’il y avait du côté du palais, là où l’os est le plus dur. Je pense que ça a permis d’aider, de sauver la vie de ce patient, de ce monsieur, ou en tout cas de le soulager de peines et de douleurs très importantes, qui sont augmentées quand il s’agit des pays qui sont chauds. Si vous allez dans les pays chauds, vous risquez des abcès dentaires. Et vivre avec un abcès dentaire chronique, c’est vraiment un peu une catastrophe dans la vie de quelqu’un"


Une preuve de l’existence de la chirurgie dentaire

Si les papyrus parvenus jusqu’à nous nous avaient déjà permis de découvrir que des soins dentaires étaient bien pratiqués à cette époque, ils n’avaient fait mention que d’une pratique de type préventive. Or, avec cette extraction, « quelqu’un a fait un geste vraiment chirurgical, invasif mais réfléchi » indique le Pr Olszewski.

L’opération avait pour but « d’ouvrir la mâchoire supérieure, et je pense qu’ils ont essayé deux fois : d’abord une petite ouverture assez oblique, puis une deuxième ouverture qui est tout à fait en carré, qui est extrêmement différente par rapport à l’ouverture naturelle, parce qu’il y a des ouvertures naturelles, faites par la nature qui veut sortir le pus à travers l’os de la mâchoire. Ça se fait chez tout le monde, tous les êtres humains, y compris aujourd’hui, et ça fait des trous qui sont ronds, alors que des carrés et des trucs obliques qui ne font pas partie de la nature », explique-t-il également.

Une intervention faisant de l’homme momifié il y a 2700 ans le tout premier patient connu dans l’histoire de l’humanité à avoir subi des soins dentaires aussi complexes. Du moins, jusqu’à ce qu’une nouvelle découverte soit faite… Car les chercheurs ont bien l’intention de scanner d’autres momies !