Rechercher
  • Docteur Bridge

La petite histoire des dents en or dans le rap et ailleurs…



Quelle que soit la période de l’humanité, et quel que soit le lieu, les humains semblent toujours avoir eu envie de porter un soin particulier à leurs dentitions, à l’aspect de celle-ci. Déjà 2000 ans avant notre ère, des fouilles archéologiques ont révélé que dans la Vallée de Gizeh, certains Egyptiens reliaient leurs dents à l’aide de plaque de métal transversale.

Parmi les Etrusques, qui ont vécu en péninsule italienne entre 800 et 200 avant JC, certaines femmes n’hésitaient pas à se faire enlever les dents de devant pour les remplacer par des décorations en or.

Les plus nobles des Mayas, quant à eux, ne s’ornaient pas les dents d’or mais de jade : un trou profond d’environ 3 millimètres était alors creusé dans la dent afin de pouvoir y insérer un éclat de cette pierre. Une mode qui subsistera jusqu’à l’arrivée des colons européens au 16ème siècle. Des modifications dentaires ont même été observés chez les Vikings !

Si les significations de ces parures peuvent être différentes d’une culture à l’autre, ils répondent tous à un même but : afficher avec ostentation son statut social au sein d’un groupe.


Dans les années 80, les rappeurs américains remettent les décorations dentaires au goût du jour. Selon une théorie, ces derniers voulaient s’inscrire dans la continuité d’une tradition née du temps de la Traite : seuls les plus méritants des esclaves avaient le droit de bénéficier de soins dentaires. Ainsi, plus leurs bouches brillaient, plus leur valeur était importante aux yeux des maîtres et des autres esclaves. Le tout premier rappeur à se recouvrir intégralement la bouche fut Flavor Flav, un rappeur américain, au tout début des années 1990.

Un dentiste s’occupe, à l’époque, de fournir tous les rappeurs. Il s’agit de Eddie Plein qui, après s’être cassé une dent, décide de faire une école de dentiste et d’ouvrir ensuite la première boutique dédiée à la confection de dents en or.

Au début des années 2000, c’est l’essor du fameux « Grillz » : plutôt que de s’implanter des dents en or, les rappeurs mettaient alors des grillz, des gouttières réalisées à partir d’un moule de la bouche, et fixés à l’aide d’une cire. Plus pratiques et bien moins chers, ils se sont ainsi démocratisés.

En 2006, le rappeur Nelly et son titre « Grillz » fait un carton plein, au point que des nombreux établissements scolaires du sud des Etats-Unis prennent la décision d’interdire les grillz dans leurs enceintes.

Désormais accessoire de mode à part entière, les rappeurs ne sont plus les seuls à utiliser ces gouttières serties d’or et de diamants. Sur certains tapis rouges, des stars comme Madonna, Katy Perry, Lady Gaga ou encore Cara Delevingne ont été aperçues avec une rangée d’or en bouche. Celui de Rihanna, en forme d’AK-47, a particulièrement fait parler de lui, et a été créé par une française, Dolly Cohen !

Formée en technique dentaire, la Parisienne s’est forgée une belle réputation qui lui permet de travailler pour de nombreuses stars, comme Drake, Booba, Pharrell ou encore les Kardashian. Et pourtant, au départ, elle résume ses débuts « à prendre son scooter jusqu’à la périphérie de Paris et parler de (ses) bijoux aux cailleras du coin ».


Une belle histoire de culture dentaire !

Source : Booska-p.com


Copyright DENTALSOFT - Mentions légales