Rechercher
  • Docteur Bridge

Chiffres : la prévention santé en France aujourd’hui



Le 8 juillet dernier, la société Odoxa a publié les résultats de son sondage Baromètre santé 360 : Santé et prévention. Ce sondage, effectué en juin 2019 par internet auprès de 2002 Français représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus [976 professionnels de santé hospitaliers (525 infirmièr(e)s, 261 aides-soignant(e)s) et 256 médecins (dont 80 généralistes, 167 spécialistes, 9 internes)] porte sur la prévention santé en France aujourd’hui. En voici les principaux enseignements :



Les Français sont bien informés sur les bons comportements à adopter. Ils font d’ailleurs de la « prévention-santé » sans même le savoir :


En effet, même si la moitié des Français (54%) ne sait pas réellement ce que signifie la notion de « prévention-santé », ils sont 80 % à être attentifs à la préservation de leur santé au quotidien.


Les Français ont notamment retenu certains principes comme boire 1,5 litre d'eau par jour, manger plus de fruits et légumes et moins de sucre et de sel, faire du sport, ou encore dormir au moins 8h par nuit pour les adultes. Près de sept Français sur dix se disent d’ailleurs bien informés sur les bons comportements à adopter en matière de prévention-santé, notamment grâce à leur médecin. Mais surtout ils disent les appliquer - plus ou moins régulièrement admettent certains - et assurent qu’ils le feraient encore plus, selon eux, s’ils en avaient les moyens ou le temps.



Mais ces moyennes flatteuses masquent malheureusement d’immenses disparités générationnelles et sociales :


Plus on est âgé et plus on est informé et sensibilisé au sujet (77% des seniors se disent bien informés) et plus on met en pratique ces connaissances pour avoir les bons comportements (82% des 65 ans et plus disent appliquer ces bons comportements).


Plus on est aisé et éduqué et plus on est sensibilisé au sujet (52% des CSP+ connaissent le sujet contre 39% des CSP-)… plus on est « pauvre » et peu éduqué et moins on connait et met en pratique une bonne prévention-santé (73% des CSP+ disent les appliquer contre 63% des CSP-).



Tous sont convaincus de l’importance de la prévention… Ils souhaitent qu’elle occupe une place prioritaire dans la politique santé de notre pays.


Les médecins et les Français s’accordent tous en effet à ce sujet : pour avoir une population en bonne santé, la prévention est plus efficace que le soin… et pour faire une bonne prévention il faut avant tout que les médecins et les soignants puissent mieux sensibiliser leurs patients, mais l’incitatif ne suffit pas, selon eux il faut aussi une dose de mesures coercitives.


Selon les Français, la prévention-santé est aujourd’hui à sa juste place dans les politiques de santé publique dans notre pays : 90% pensent qu’elle occupe une place importante ou prioritaire et 92% souhaiteraient qu’elle occupe une place importante ou prioritaire. Le ministère de la santé est d’ailleurs totalement légitimé par les Français : de tous les acteurs institutionnels, il est celui qui est jugé le plus efficace pour promouvoir la prévention-santé (à 43%).


En revanche, le plan national de prévention santé présenté par Agnès Buzyn est encore largement méconnu par les Français (51% seulement en ont entendu parler)… dommage car il séduit 62% de ceux qui le connaissent. Et du côté des médecins ce n’est pas vraiment mieux : 1 sur 2 ne connait pas du tout ou très mal le plan Buzyn ; ce qui est plus fâcheux.


Notez que la même méconnaissance touche le « service sanitaire » : encore très largement méconnu des Français (à 54%, ce qui se comprend), mais aussi des médecins (à 37%, ce qui est plus gênant)…


Encore une fois, c’est bien dommage car, une fois expliqué, le « service sanitaire » est paré de nombreuses qualités par les Français comme par les médecins. Il est perçu comme une « bonne démarche » qui aura même des conséquences positives sur l’état de santé global des Français.


Enfin, les Français pensent que pour développer la prévention santé, il faut :

  • Miser sur la formation : pour 97 % des médecins et 96 % des professionnels de santé hospitalier, l'éducation et la formation sont "importantes" ou "déterminantes" dans le développement de la prévention santé.

  • Faire confiance au développement de la santé connectée : 7 Français sur 10 estiment que le développement de la santé connectée permettra d’améliorer la prévention-santé. Actuellement plus de 6 Français sur 10 utilisent au moins une application type "Yuka" ou une application qui permet de mesure l'activité physique. En revanche les médecins et les soignants ne conseillent encore qu’assez peu à leurs patients d’utiliser de telles applis. Seulement 30% des médecins l’ont déjà fait pour Yuka, et encore de façon très sporadique.

  • "Revoir le modèle économique et toute la politique tarifaire actuelle en apportant une rémunération complémentaire aux soignants pour débloquer du temps à la prévention" : 82 % des Français et 84 % des médecins seraient favorables à une modification de la rémunération du personnel soignant pour qu’ils puissent consacrer davantage de temps à la prévention santé.


Retrouvez l’intégralité du sondage sur le site Odoxa.fr

Copyright DENTALSOFT - Mentions légales