Rechercher
  • Docteur Bridge

Dentition infantile : les ravages d'un syndrome méconnu, le MIH



Agathe a 7 ans, c’est une petite fille joyeuse mais parfois elle n’ose pas sourire par peur de subir des moqueries : elle souffre d’une hypominéralisation des molaires et incisives (MIH). Ses dents atteintes présentent des taches qui lui valent des remarques désagréables de la part de ses camarades d’école. "Il y en a qui disent que je ne me brosse pas les dents", raconte-t-elle.


D’après le Syndicat des femmes chirurgiens-dentistes, la maladie aurait été découverte au milieu des année 1970. On ne connait pas l’origine exacte de la MIH mais plusieurs hypothèses sont avancées. Le rassemblement d’associations "Réseau Environnement Santé" (RES) met en cause les perturbateurs endocriniens : l’exposition au bisphénol A (BPA) pendant la grossesse pourrait être la cause du MIH d’après certaines études menées sur des rats.


On estime aujourd’hui, qu’entre 15 et 18 % des enfants de 6 à 9 ans seraient touchés par la MIH mais nombreux sont ceux qui ne sont pas diagnostiqués. En effet, cette maladie des dents de l’enfant est encore méconnue et n’est pas toujours repérée par les professionnels de santé. Dans le cas d’Agathe, le premier dentiste qu’elle consulté à Agen où elle réside avec sa famille n’a pas su poser de diagnostic. Alors, elle et sa mère ont fait 150 kilomètres pour rencontrer une spécialiste qui ne soigne que les enfants à Bordeaux.


La spécialiste voit souvent les symptômes dont souffre Agathe : on repère la MIH aux tâches qu’elle laisse qui sont entre le blanc et le jaune-brun et dont la taille peut varier selon les individus. La MIH touche au minimum une des premières molaires, voire les 4 dans certains cas, et s’attaque aussi aux incisives. Il faut attendre l’apparition de la dentition définitive pour pouvoir repérer la maladie, c’est pourquoi les enfants sont souvent diagnostiqués vers 6 ans. Lorsqu’une dent est atteinte, elle est plus sensible, plus fragile… Avec la douleur l’enfant a tendance à moins brosser ses dents et il est donc plus sujet aux caries.


Pour Agathe, la dentiste propose d'abord un traitement préventif : un vernis fluoré. Il faudra aussi traiter la molaire touchée comme pour une carie et s'attaquer aux tâches des incisives. Un soulagement pour la petite fille et sa mère. Cette dernière va devoir revenir chaque semaine, puis tous les six mois, jusqu'à ce que son émail soit renforcé.


Sources : France 2 et Pourquoi Docteur

Copyright DENTALSOFT - Mentions légales