Rechercher
  • Docteur Bridge

La dépendance au smartphone favoriserait les douleurs maxillaires et le bruxisme



Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Tel Aviv a mis en exergue que l’utilisation excessive des smartphones et des médias sociaux pouvait entraîner de nombreux problèmes de santé : troubles du sommeil, somnolence et fatigue pendant la journée, bruxisme, érosion dentaire, douleurs maxillaires et lésions articulaires.


Le Dr Friedman-Rubin et le Pr Eli, deux des chercheurs à l’origine de cette étude, se sont intéressés au phénomène du FOMO (fear of missing out) qui se manifeste par la tendance à regarder de manière compulsive son smartphone de peur de manquer des messages, des notifications ou de passer à côté d’une information. Un comportement qui crée naturellement une dépendance croissante vis-à-vis des téléphones portables et entraîne rapidement des sentiments de stress et d’anxiété.


Pour mener cette étude, les deux chercheurs ont comparé différents groupes, sur un total de 600 participants âgés de 18 à 35 ans :

  • Un groupe de personnes laïques, utilisateurs de smartphones

  • Un groupe de personnes ultra-orthodoxes, dont la plupart utilisent un téléphone « casher » dépourvu de connexion Internet

Les participants de chaque groupe ont été invités à aborder un certain nombre d’aspects qui caractérisent la surutilisation du téléphone et les résultats sont sans appel :


« L’étude actuelle a démontré un lien entre l’utilisation excessive de smartphones permettant de surfer sur des applications sociales et une augmentation significative des réveils nocturnes (qui entraînent une fatigue pendant la journée), des douleurs au visage et à la mâchoire, des crispations de la mâchoire pendant la journée et des grincements de dents pendant la nuit – des symptômes physiques qui sont souvent le résultat du stress et de l’anxiété et qui peuvent même entraîner des lésions physiques telles que l’érosion dentaire et les lésions articulaires, commente le Dr Pessia Friedman-Rubin qui a dirigé l’étude. Nous avons effectué un travail statistique très complexe et nous avons vu que, si l’on sépare les autres facteurs, l’utilisation du téléphone portable est le plus susceptible d’expliquer les schémas de comportement que nous avons observés. »


« Nous pensons que ces symptômes sont liés à la FOMO, la peur de manquer quelque chose, poursuit-elle. Les gens utilisent constamment leur téléphone parce qu’ils ont peur de manquer quelque chose, et vérifient WhatsApp, Facebook et d’autres applications. Cela crée un cycle de dépendance croissante aux téléphones portables, qui entraîne des sentiments de stress et d’anxiété, et le sentiment que quelqu’un pourrait écrire quelque chose sur les réseaux sociaux et qu’on va le manquer et ne pas être dans le coup. En bref, les téléphones sont en fait la cause du stress de nombreuses personnes, et nous en voyons des manifestations physiques. »


« Bien que la révolution des smartphones présente de nombreux avantages en termes d’accessibilité et de disponibilité de l’information, le désir d’être informé de chaque nouveau post qui apparaît sur les médias sociaux ou de chaque nouvel article publié sur tel ou tel site, et le besoin d’être constamment disponible, créent des sentiments de stress et d’anxiété », conclut l’étude.