Rechercher
  • Docteur Bridge

Médicaments à éviter : la revue Prescrire publie sa liste noire pour 2021



Chaque année, la revue médicale Prescrire publie une liste de « médicaments à écarter pour mieux soigner ». Le bilan 2021, dévoilé le 1er décembre, désigne 112 médicaments autorisés en Union européenne (dont 93 commercialisés en France) comme étant « plus dangereux qu’utiles ».


La revue médicale explique qu’il s’agit :

  • de médicaments actifs, mais qui, compte tenu de la situation clinique, exposent à des risques disproportionnés par rapport aux bénéfices qu’ils apportent ;

  • de médicaments anciens dont l’utilisation est dépassée, car d’autres médicaments plus récents ont une balance bénéfices-risques plus favorable ;

  • de médicaments récents, dont la balance bénéfices-risques s’avère moins favorable que celle de médicaments plus anciens ;

  • ou encore de médicaments dont l’efficacité n’est pas prouvée au-delà d’un effet placebo, et qui exposent à des effets indésirables particulièrement graves.


Voici les principales évolutions entre le bilan 2020 et le bilan 2021 :



3 médicaments retirés de la liste noire

  • L'ulipristal (un antagoniste et agoniste partiel des récepteurs de la progestérone) qui s’est vu retiré son AMM en raison des atteintes hépatiques graves qu'il peut entraîner.

  • Le nifuroxazide (un anti-infectieux intestinal) puisqu’il n'est plus commercialisé en France en raison du manque de preuves cliniques venant attester de son efficacité.

  • Le nintédanib (un inhibiteur des tyrosines kinase avec un effet antiangiogenèse) car Prescrire est en train d’évaluer la balance bénéfices-risques de ce médicament dans le traitement de deux nouvelles affections (les pneumopathies interstitielles diffuses fibrosantes chroniques avec un phénotype progressif, associées à une sclérodermie systémique) pour lesquelles elle semble être positive. Prescrire précise toutefois que le nintédanib reste à éviter dans le cadre d'autres pathologies.



10 nouveaux médicaments ajoutés à la liste noire

  • 4 gliflozines (une classe d'hypoglycémiants utilisés dans le diabète de type 1 et 2) : canagliflozine, dapagliflozine, empagliflozine, ertugliflozine

  • Le finastéride (un anti-androgénique)

  • Le piracétam (un vasodilatateur)

  • L'eskétamine (un anesthésique)

  • Le pimécrolimus (un immunomodulateur)

  • Le romosozumab (un anticorps monoclonal)

  • Le méloxicam (un anti-inflammatoire non stéroïdien)


Les gliflozines étaient déjà présents dans le bilan 2019, mais ils ont été retirés en 2020 afin d'évaluer l'efficacité d'un des médicaments de cette classe dans le diabète de type 1. Celle-ci s'est avérée négative, ils font donc leur retour dans la liste noire 2021.


Les autres ont été ajoutés à la liste en raison de leurs effets indésirables disproportionnés par rapport aux bénéfices qu'ils confèrent, hormis le méloxicam, qui avait seulement été oublié dans la liste de l'année dernière.



Téléchargez le bilan 2021 complet ici 👉 https://bit.ly/3mTl9eJ

Copyright DENTALSOFT - Mentions légales